ArchiLeb

 

News / Architecture

 

« Une sculpture géante » au beau milieu du désert, le projet audacieux de Marwan Zgheib

Architecture

Marwan Zgheib est l’un des lauréats des Mipim Awards 2012, qui récompensent les projets immobiliers les plus remarquables à travers le monde par leurs qualités techniques et leur aspect grandiose. Conçu comme une sculpture géante, « al-Aïn Stadium » sera planté au beau milieu du désert d’Abou Dhabi.

Cet article à été initialement publié sur le site web de la revue L’Orient Le Jour (www.lorientlejour.com) le Mercredi 11 Avril 2012, écrit par May Makarem.

Marwan Zgheib (à gauche) et Jad Zgheib recevant leur Mipim AR Future Project Award 2012, à Cannes.
L’architecte libanais Marwan Zgheib (cabinet MZ Architects) a remporté le prestigieux prix Mipim Award 2012 dans la catégorie Future Project (projet à venir) attribué pour « al-Aïn Stadium » et conçu, comme le nom l’indique, pour la deuxième plus grande ville de l’émirat d’Abou Dhabi. Le projet, qui s’étale sur deux pages dans le magazine Mipim architectural review, s’est « distingué par l’application des principes du développement durable dans une architecture contemporaine créative ». Il a été qualifié d’« extraordinaire » par le jury, dont le choix a notamment été guidé par des critères relatifs à l’originalité du concept, son intégration dans l’environnement, les services proposés et la qualité technique et architecturale.
D’une capacité de 40 000 places, le grand stade se posera dans le désert d’al-Aïn. La zone, qui fait partie de la civilisation d’Oum an-Nar datant du troisième millénaire avant notre ère, est devenue depuis juin 2011 le premier site des Émirats arabes unis à être classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. Il a été jugé que sa palmeraie, par sa beauté et son système d’irrigation, associée au site archéologique de Hili qui témoigne d’une occupation humaine datant de l’âge du bronze (les fouilles ont révélé des sépultures communes renfermant près de 700 squelettes et un riche mobilier funéraire, comprenant des produits locaux, mais aussi des vases de Mésopotamie, des lapis-lazuli d’Afghanistan et des poteries d’Iran), et au Jabal Hafit qui surplombe la ville et domine le désert de ses 1 240 mètres d’altitude, à des dizaines de kilomètres à la ronde, représentaient un héritage inestimable pour l’humanité, et devaient donc être protégés.
Aussi, le concepteur s’offre le défi d’intégrer son édifice au paysage tout en respectant la spécifité des lieux.

L'entrée du stade sur fond de paysage désertique.
Le bâtiment qui se déploie sur 200 000 m2 sera totalement enchâssé dans une faille volcanique caractérisée par une série de monts rocheux qui coupent le désert en deux. « S’inspirant des anciens stadium et temples grecs dont celui d’Anahita et son entrée grandiose », l’architecte Zgheib prévoit de tailler les gradins à même les parois d’une roche qui s’élève sur quelques bonnes dizaines de mètres vers le ciel, permettant aux spectateurs de s’imprégner de l’esprit particulier du site en orientant leur regard autant vers le terrain de jeu que vers le désert.
Des loges pouvant contenir jusqu’à 600 sièges seront réservées aux personnalités importantes, et une centaine d’autres aux VVIP, c’est-à-dire à l’émir, sa famille ou ses invités. Un espace central important mènera à trois niveaux creusés dans les entrailles de la montagne et construits avec les pierres récupérées. En gros, le rez-de-chaussée accueillera les QG des médias, les studios de télévision et radio, la régie de contrôle centrale, le poste de commande des techniciens, un restaurant, etc.
Le premier niveau sera consacré aux VVIP et doté d’un vaste lobby, d’un « majlis », de pièces multifonctions, d’une salle de prière, de toilettes, et même d’un parking pouvant desservir cent voitures. Le deuxième niveau regroupe les espaces publics, les bureaux de l’administration et de la billetterie, les cafétérias, les salles de prière, les W-C, les kiosques, les infirmeries, les locaux techniques etc. Quant au troisième, il est entièrement dédié aux équipes sportives, avec leurs vestiaires, leur salle de sport, de réchauffement et de massages, les jacuzzis, les douches et toilettes, etc.

Perspective de Nuit. Image prise de www.panstadia.com
Pour éviter le côté disgracieux des stationnements de plein air, un parking de 152 000 m2 répartis sur trois niveaux souterrains sera construit sur l’autre flanc de la montagne où deux galeries donnant accès à l’espace central du stade seront creusées. Cinq cents W-C et urinoirs seront affectés à ces aires de stationnement.
En bref, « al-Aïn Stadium est pensé jusque dans ses moindres recoins », indique l’architecte Marwan Zgheib. « Rien n’est laissé au hasard. En matière de développement durable, tout est réfléchi et calculé », précise-t-il, signalant que « là où on ne peut pas tailler dans la pierre, pour les talus de lumière notamment, on injecte du béton qui sera enduit de la couleur du sable ». Illuminé la nuit, le stade apparaîtra au public comme un diadème géant sur fond d’un paysage désertique. Les Émirats arabes unis ne manqueront jamais d’éblouir !
Rappelons qu’en 2008, le cabinet MZ Architects avait décroché deux « CNBC Arabian Property Award for Best Development » et « Best High Rise Architecture » pour le projet « The Gate », au Qatar. En 2009 lui revient le « CNBC Arabian Property Award for Best Architecture », pour la conception du quartier général d’al-Dar, à Abou Dhabi. Un projet étonnant autour duquel un documentaire a été réalisé par la chaîne National Geographics.

Illuminée la nuit, la façade taillée dans la roche apparaîtra comme un diadème géant.

 

 

For more information

 
URL www.lorientlejour.com
 

Post Your Comment

 
   
 
   
 
   
 
Visual CAPTCHA
 
* Required Fields.
** Required, but will not be published.
Sponsor
Advertisment