ArchiLeb

 

News / Miscellaneous

 

Autour de Parade

Miscellaneous

En collaboration avec le Comité du Festival International de Baalbek, les étudiants de 2ème année de l'Ecole des Arts Décoratifs de l'Académie Libanaise des Beaux-arts, Université de Balamand ont le plaisir de vous convier à leur spectacle :

AUTOUR DE PARADE
SPECTACLE RÉALISÉ EN HOMMAGE À JEAN COCTEAU
Le samedi 18 juin 2011 a 20h précises sur les marches du temple de Bacchus, site de Baalbek.
 
L’atelier «Espace et communication», soutenu et encouragé par le doyen de l’ALBA M. André Bekhazi et par les directeurs des deux sections d’Architecture Intérieure et de Publicité, MM. Joseph Rabbat et Alain Brenas, propose cette année un spectacle intitulé «Autour de Parade», qui sera présenté au cours du mois de juin 2011 à Baalbek.
 
En montant un spectacle pour la septième année consécutive à Baalbek, les étudiants de la deuxième année de l’école des Arts décoratifs de l’ALBA perpétueront ainsi une tradition initiée il y a 23 ans par Jackie Dardaud- Achkar, avec l’appui enthousiaste et indéfectible de celui qui présida aux destinées de l’ALBA pendant trente ans, M. Georges Haddad.
 
Ce spectacle avait été imaginé par Mme Dardaud- Achkar comme une œuvre collective, au sein de laquelle toutes les énergies créatives des jeunes étudiants viendraient s’organiser. Elle proposait chaque année une œuvre choisie dans le répertoire lyrique et spécifiait l’emploi d’un média: ombres chinoises, grands masques, marottes ou marionnettes, les étudiants prenant toute la responsabilité du spectacle depuis la conception et la fabrication des costumes et des décors jusqu’à sa représentation. Mme Dardaud- Achkar faisait ainsi un pari sur la créativité de la jeunesse et sa capacité à nous étonner.
 
 
«... leur danse était un accident organisé, des faux-pas qui se prolongent et s’alternent avec une discipline de fugue. Les gênes pour se mouvoir sous ces charpentes, loin d’appauvrir le chorégraphe l’obligeraient à rompre avec d’anciennes formules, à chercher son inspiration non dans ce qui bouge mais ce qui autour de quoi on bouge, dans ce qui remue selon les rythmes de notre marche» (Cocteau, lettre à Paul Dermée).
«Autour de Parade» prendra comme point de départ le petit livret écrit par Jean Cocteau¹ en 1916 pour le ballet «Parade».
La première du ballet Parade (musique de Satie, décors de Picasso et chorégraphie de Massine) fut présentée par la Compagnie des Ballets russes de Diaghilev au théâtre du Châtelet à Paris, le 8 mai 1917. L’évènement constitua un jalon important dans ce que, près d’un siècle plus tard, nous continuons d’appeler ‘les Temps modernes’. L’argument de Parade est simple: sur un boulevard, devant une baraque foraine, un groupe d’artistes de cirque ambulant exécutent des extraits de leurs numéros afin d’attirer le public vers le spectacle qui aura lieu à l’intérieur.
Cocteau avait défini Parade, comme un ‘ballet réaliste’, il y voyait l’expression ou plutôt la manifestation de la vie quotidienne, allant dans ce sens jusqu’à proposer l’insertion dans le ballet de bruits divers tirés de la vie urbaine (frappes de machines à écrire, dynamos, aéroplanes), procédé se référant ainsi directement aux collages des peintres cubistes. Il est remarquable à ce sujet, que Guillaume Apollinaire, dans les notes rédigées pour le programme de Parade, allant plus loin que Cocteau, inventa le mot ‘sur-réalisme’.
Dans cet esprit, avec ‘Autour de Parade’ nous nous proposons de construire, autour de l’argument de Cocteau, une série de 11 petits divertissements scéniques inspirée de son univers littéraire. Ce serait:
La parade des Enfants Terribles, la parade de la Belle et de la Bête, la parade des Parents Terribles, la parade d’Orphée, la parade de la Machine Infernale, la parade du Clair-Obscur, la parade des Monstres Sacrés, la parade de la Machine à Écrire, la parade de Bacchus, la parade du Bel Indifférent, la parade des Énigmes.
La musique écrite par Satie pour Parade (12mn) constituera le noyau de l’accompagnement musical. Ce dernier aura une durée d’environ 60 mn et sera l’occasion d’une exploration du champ d’influence d’Eric Satie, influence qui n’a cessé de croître tout au long du XXe siècle. S’il a directement infléchi la production de Debussy, Stravinsky, Ravel et Poulenc, il a souvent été explicitement revendiqué par des compositeurs contemporains aussi différents que John Cage, Steve Reich, Philip Glass ou Michael Nyman, et dans un autre registre par Brian Eno et Frank Zappa.

Encadrement pédagogique : Pierre Hage-Boutros, Mathieu Sfeir, Samer Eid, Danielle Kattar, Cynthia Raphaël.
 


¹ En juillet 1956 Jean Cocteau assistait à l’inauguration de la première édition du Festival de Baalbeck. Sa pièce «La Machine infernale», avec Jeanne Moreau dans le rôle du Sphinx, ouvrait le spectacle.
 

For more information

 
Tel +961 1 480056 Fax +961 1 500779
 
URL www.alba.edu Postal BP: 55251 Beyrouth Liban
 
 

Post Your Comment

 
   
 
   
 
   
 
Visual CAPTCHA
 
* Required Fields.
** Required, but will not be published.
Sponsor
Advertisment